Passer au contenu principal

 

L’hypertension artérielle pulmonaire (HTAP) est une maladie des poumons rare et très complexe, qui est évolutive et potentiellement mortelle. Chez les personnes atteintes d’HTAP, elle se manifeste par le rétrécissement et la cicatrisation des artères pulmonaires. L’HTAP est caractérisée par une tension artérielle constamment élevée dans les poumons, qui cause un élargissement du cœur et une obstruction presque complète des artères, ce qui conduit ultimement à l’insuffisance cardiaque et au décès.

Sans traitement, les personnes qui reçoivent un diagnostic d’HTAP ne vivent en moyenne que deux à trois ans.

L’HTAP est une complication courante de la sclérodermie systémique (ScS), laquelle provoque un durcissement et un épaississement chroniques de la peau et des organes internes, et peut être très grave chez les patients aux prises avec cette maladie évolutive qui s’attaque aux tissus conjonctifs. Lorsque l’HTAP résulte d’une complication de la ScS, elle est appelée hypertension artérielle pulmonaire associée à la sclérodermie systémique (HTAP-ScS).

Il n’existe aucun traitement curatif de l’HTAP ou de l’HTAP-ScS et, s’il est vrai que depuis quelques années le pronostic de cette maladie s’est légèrement amélioré, il demeure défavorable malgré les traitements actuellement offerts. Les adultes qui reçoivent un diagnostic d’HTAP peuvent espérer survivre seulement cinq à sept ans, en moyenne. Quant aux patients adultes qui reçoivent un diagnostic d’HTAP-ScS, la survie moyenne est estimée à trois ans.

  • Contexte

    Depuis juin 2015, nos organisations font front commun avec les communautés de l’hypertension artérielle pulmonaire (HTAP) et de la sclérodermie pour faire valoir l’accès par l’intermédiaire du financement public, à tous les traitements approuvés par Santé Canada, pour lutter contre l’HTAP, notamment Opsumit, Adempas et Uptravi. Nous continuons d’être préoccupés par les disparités dans la qualité des soins dispensés aux patients atteints d’HTAP, y compris ceux qui sont atteints d’HTAP-ScS, selon la province où ils résident et le type d’assurance auquel ils souscrivent.

     

    Opsumit (macitentan)

    Approbation :

    En novembre 2013, Santé Canada a approuvé la commercialisation d’Opsumit au Canada pour le traitement de l’HTAP. Opsumit, un antagoniste des récepteurs de l’endothéline (ARE), est approuvé pour le traitement de l’HTAP idiopathique (sans cause connue), de l’HTAP héréditaire, de l’HTAP associée à des troubles du tissu conjonctif et de l’HTAP associée à une cardiopathie congénitale. À l’heure actuelle, Opsumit est le seul traitement oral dont l’efficacité en matière de réduction de la morbidité à long terme chez les patients, y compris la diminution des cas d’aggravation des symptômes de l’HTAP et d’hospitalisation, a été démontrée par un essai clinique contrôlé avec répartition aléatoire.

    Financement public :

    Depuis octobre 2014, le coût d’Opsumit est remboursé par l’intermédiaire du régime d’assurance médicaments du Québec. En janvier 2015, le Programme commun d’évaluation des médicaments (PCEM), de portée nationale, a recommandé le financement public d’Opsumit (selon certains critères et une condition) pour le traitement à long terme de l’HTAP, afin de réduire la morbidité chez les patients des classes fonctionnelles II ou III. Cependant, à la fin de l’année 2015, les négociations avec l’Alliance pancanadienne pharmaceutique (APP) en vue de l’établissement des coûts d’Opsumit ont pris fin. Il en résulte que les personnes atteintes d’HTAP, y compris d’HTAP-ScS, qui résident à l’extérieur du Québec et qui pourraient bénéficier d’Opsumit, n’ont toujours d’accès à ce médicament par l’intermédiaire des régimes publics d’assurance médicaments.

    Cliquez ici (anglais) pour télécharger une copie de l’exposé de position d’AHTP Canada. Ce document est disponible en anglais seulement.

    La communauté de patients atteints d’AHTP continuera à communiquer les positions des patients et soignants à l’appui des négociations avec l’APP afin d’assurer un accès rapide, financé par les deniers publics, à Opsumit.


    Uptravi (selexipag)

    Uptravi_Map_ENG.png

    Approbation:

    En janvier 2016, Santé Canada a approuvé la commercialisation d’Uptravi au Canada pour le traitement de l’HTAP. Uptravi, le premier agoniste du récepteur IP administré par voie orale, est approuvé pour le traitement prolongé de l’HTAP idiopathique (sans cause connue), de l’HTAP héréditaire, de l’HTAP associée à des troubles du tissu conjonctif et de l’HTAP associée à une cardiopathie congénitale, afin de retarder l’évolution de la maladie chez les patients adultes de classe fonctionnelle II ou III.

    Financement public:

    En octobre 2016, le Programme commun d’évaluation des médicaments  (PCEM) recommandait le financement public d’Uptravi dans le reste du Canada pour le traitement prolongé de l’HTAP chez les patients dont la maladie n’est pas maîtrisée de façon adéquate au moyen d’un traitement de première ou de deuxième intention, avec toutefois une diminution importante du coût. En décembre 2017, l’Alliance pancanadienne pharmaceutique (APP) a pu négocier une entente sur le prix d’Uptravi.

    À ce jour, Uptravi est accessible via le financement public dans chaque province canadienne.


    Adempas (riociguat)

    Approbation:

    En mars 2014, Santé Canada a approuvé la commercialisation d’Adempas pour le traitement de l’HTAP. Adempas, un stimulateur de la guanylate cyclase soluble (GCs), est également le seul traitement médicamenteux approuvé contre l’hypertension pulmonaire thromboembolique chronique (HPTEC).

    Financement public:

    En décembre 2015, le Programme commun d’évaluation des médicaments (PCEM) a recommandé le financement public d’Adempas (selon certains critères et une condition) pour le traitement, en monothérapie ou en association avec des antagonistes des récepteurs de l’endothéline (ARE), des patients adultes atteints d’HTAP de classe fonctionnelle II ou III. En février 2015, le Québec a décidé de ne pas inscrire Adempas sur la liste des médicaments contre l’HTAP remboursés par son régime public d’assurance médicaments, tandis que la Saskatchewan a pris la même décision en septembre 2016. En janvier 2017, faute d’une entente, on annonçait la suspension des négociations avec l’Alliance pancanadienne pharmaceutique (APP) en vue d’établir le coût d’Adempas pour le traitement de l’HTAP, de sorte que les patients d’un bout à l’autre du pays ne peuvent avoir accès au médicament par l’entremise des régimes publics d’assurance médicaments.

    Le point sur les activités de défense des droits:

    Les communautés de l’HTAP et de la sclérodermie continuent d’exhorter les gouvernements à rembourser Adempas pour le traitement de l’HTAP par l’intermédiaire des régimes publics d’assurance médicaments.

     

    Veuillez cliquer ici pour obtenir des détails sur les activités de défense des droits ainsi qu’une rétrospective des événements liés au financement public des traitements approuvés.

    Veuillez cliquer ici pour obtenir plus d’information sur le processus d’homologation et de remboursement des médicaments au Canada.

Merci à nos partenaires :
sceroderma-canada.jpg   htapq.jpg   sclerodermie-qc.png